Open Access
Original contribution
Issue
Parasite
Volume 18, Number 3, August 2011
Page(s) 247 - 250
DOI https://doi.org/10.1051/parasite/2011183247
Published online 15 August 2011

© PRINCEPS Editions, Paris, 2011, transferred to Société Française de Parasitologie

Licence Creative Commons
This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Introduction

Le genre Gryphopsylla Traub, 1957 est essentiellement indo-mélanésien avec un taxon dans le sud-Vietnam (Beaucournu & Sountsov, 1999). L’histoire taxonomique de ce genre est assez complexe et nous la résumerons ici. En 1957, Traub crée le sous-genre Gryphopsylla pour le taxon “hopkinsi” qu’il décrit. En fait, ce sous-genre est instauré pour une espèce montrant un “bec” en avant de la capsule céphalique. Mardon (1978) élève au rang générique Gryphopsylla, et en 1981, dans sa monographie sur les Pygiopsyllidae, ce même auteur inclut deux autres espèces dans ce genre, espèces sans “bec” céphalique : G. mjoebergi (Jordan, 1926) et G. jacobsoni (Jordan & Rothschild, 1922). Par ce même auteur, les genres ou sous-genres Migrastivalius Traub, 1980 et Destivalius Traub, 1980 sont placés en synonymie de Gryphopsylla.

Depuis la parution de cette monographie, trois taxa inclus d’emblée dans ce genre ont été décrits : G. hetera Lewis & Jones, 1985, G. jacobsoni segregata Beaucournu & Sountsov, 1999 et G. maxomydis Durden & Beaucournu, 2006, cette dernière seule montrant un “bec”.

La description de la sous-espèce “segregata” montra, à partir des mâles, d’une part, l’existence au Vietnam du genre Gryphopsylla et, d’autre part, officialisa l’opinion, discrètement formulée, de Mardon (1981), suggérant que le matériel à sa disposition renfermait plus d’une espèce (cf. carte 1). Le taxon-type de Sumatra (deux femelles, dont Jordan & Rothschild, 1922 ont dessiné le sternite VII), retrouvé à Java, était différent de celui de Bornéo. Il en est de même pour ceux de Malaisie (Cameron Higlands, Gunung Balu Brinchang), deux mâles étudiés par Traub (1950). Les spécimens du Vietnam (quatre mâles) sont indifférenciables de ceux de Bornéo et, par conséquent, se séparent de ceux de Sumatra, de Java et de Malaisie. Le sternite VII de la femelle, figuré par Mardon (op. cit.), mais il n’en précise pas l’origine (Sumatra ou Java ?), est plus ou moins identique à celui donné par Jordan & Rothschild (op. cit.). En effet, les contraintes demandées aux dessins ont évolué entre temps ! Quoi qu’il en soit, le contour de ce sternite est bien différent de celui de notre femelle de Bornéo et justifie donc l’élévation au rang de “bonne espèce” des spécimens de cette île et, par suite, de ceux du Vietnam.

thumbnail Carte 1.

Stations connues de Gryphopsylla jacobsoni (1 – 2 – 3) et de G. segregata (4 – 5 – 6).

En résumé, le matériel ayant fait l’objet d’une publication et concernant G. jacobsoni s.s. est le suivant : Sumatra, deux femelles-types; Malaisie, deux mâles; Java, un mâle et deux femelles.

Résultats

Gryphopsylla Segregata Beaucournu & Sountsov, 1999

• Synonymie

Gryphopsylla jacobsoni (Jordan & Rothschild, 1922) in Mardon (1981), le mâle de Bornéo; Gryphopsylla jacobsoni segregata Beaucournu & Sountsov, 1999, mâles du sud-Vietnam.

• Matériel concerné

Bornéo : un mâle in Mardon, 1981, Mont Kinabalu, Dalas (près de Nabulu, à 10 ou 20 km de Mesilou), Sabah, sur Rattus rattus, 7. VIII. 1951, PAW & DJ rec.; quatre mâles, Mesilou, Kinabalu Park, Sabah, sur Tupaia montana Thomas, 1892, 10. XII. 2009, K. Wells rec.; une femelle, même endroit et même hôte, 8.I. 2010, K.W. rec. (Mesilou, 06°00’ N, 116°35’46 E); ces puces ont été collectées dans le cadre d’une étude des petits mammifères et de leurs puces dans deux régions montagneuses de Sabah (Wells et al., 2011). Vietnam : quatre mâles (dont l’holotype de G. jacobsoni segregata B. & S., 1999), Pic Langbian, Dalat, sur Chiropodomys gliroides (Blyth, 1856), 9 et 12. VI. 1997, V.V. Sountsov rec.

• Description

Nous ne reviendrons pas sur le mâle brièvement décrit par Beaucournu & Sountsov (op. cit.); nous rappelons que le critère majeur de différentiation est constitué par le phallosome (figure 1) : le phylax (sensu Traub, 1980) et, à un moindre degré, le capuchon, sont nettement différents de ceux de G. jacobsoni.

thumbnail Figures 1-2.

Phallosome de l’holotype de Gryphopsylla jacobsoni segregata Beaucournu & Sountsov, 1999, c : capuchon; ph : phylax. 2. Segments terminaux du “neallotype” de G. segregata, tergites VII et VIII, sternite VII.

Femelle : nous indiquerons les principaux caractères divergents entre G. segregata et G. jacobsoni. Palpe labial plus court que la coxa I. Tergite VII (figure 2) montrant un lobe long entre les soies antesensiliales droite et gauche; de même, en dessous de ces soies, le lobe est plus prononcé que chez “jacobsoni”. La plus haute soie latérale, en dessous des soies antesensiliales, est plus longue que la soie antesensiliale la plus haute (ce caractère valable pour “jacobsoni” est encore plus marqué chez “segregata”). Sternite VII avec un lobe concave median, celui-ci doté d’une excroissance médiane (évoquant un peu “hopkinsi”), inexistante chez “jacobsoni” chez qui, d’ailleurs, le lobe est moins ouvert. Le tergite VIII montre un apex apico-ventral très acuminé. Spermathèque : comme chez “jacobsoni”, hilla relativement longue, ne pénétrant pas dans la bulga; ductus communis non décrit chez “jacobsoni”.

• Discussion

Étant donnée la grande homogénéité de morphologie chez les Stivaliinae, il est normal que les critères énumérés ci-dessus semblent discrets. Toutefois, ceux-ci sont plus que suffisants pour attester de la validité de G. segregata. La répartition de cette espèce est indo-malaisienne et déborde sur la région orientale (sous-région indo-chinoise). Cette dispersion un peu insolite a été examinée par Beaucournu et al. (2000) qui estiment que l’on peut y voir un souvenir du rattachement de Bornéo au continent indo-chinois lors de la dernière glaciation (Birot, 1970).

Clé Des Espèces De Gryphopsylla

  1. Capsule céphalique montrant un évident “bec” préoral............................................................................... 2

    - Capsule céphalique sans “bec” préoral .................. 3

  2. Présence d’un cténidie sur le segment abdominal II ....................................................................... hopkinsi

    - Présence de trois cténidies sur les segments II-IV ... ..................................................................... maxomydis

  3. Présence de deux cténidies, placées sur les segments II-III .................................................... mjoebergi

    - Présence d’une seule cténidie, placée sur le segment II ................................................................................... 4

  4. Soies spiniformes présentes jusqu’à l’apex du sternite IX ; apex du phallosome acuminé montrant une démarcation entre le “capuchon” et la longue et fine expansion de celui-ci; femelle avec un sinus sur la marge du sternite VII ................................................... 5

    - Soies spiniformes absentes de l’apex du sternite IX ; apex du phallosome acuminé sans démarcation visible entre le “capuchon” et son expansion; femelle inconnue ....................................................................... hetera

  5. Démarcation nette entre le “capuchon” et son expansion; phylax en boomerang (ses deux extrémités sont identiques); femelle présentant une échancrure simple sur la marge du sternite VII ......................... jacobsoni

    - Démarcation peu nette entre le “capuchon” et son expansion; phylax plus étroit à son extrémité antérieure (ou inférieure); femelle présentant une échancrure avec une expansion médiane .............. segregata

Remerciements

Nous redisons notre gratitude et notre amitié à Fred Tuh Yit Yuh et à Alim Biun pour leur aide, à la Direction du Parc de Sabah, en particulier le Dr Maklarin B. Lakim pour leur permission de travailler sur ce territoire.

Références

  1. Beaucournu J.-C. & Sountsov V.V. Puces nouvelles ou peu connues du Vietnam. Ctenophthalmidae et Pygiopsyllidae (Siphonaptera). Bulletin de la Société Entomologique de France, 1999, 104, 77–83. [Google Scholar]
  2. Beaucournu J.-C., Sountsov V.V., Ly Thi Vi Huong. & Sountsova N.I. Esquisse d’une biogéographie des puces (Insecta, Siphonaptera) du Vietnam. Biogeographica, 2000, 76, 1–20. [Google Scholar]
  3. Birot P. Les Régions naturelles du Globe. Masson & Cie éditeurs, Paris, 1970, 380 p. [Google Scholar]
  4. Durden L.A. & Beaucournu J.-C. Three new fleas from Sulawesi, Indonesia (Siphonaptera: Pygiopsyllidae & Ceratophyllidae). Parasite, 2006, 13, 215–226. [CrossRef] [EDP Sciences] [PubMed] [Google Scholar]
  5. Jordan K. & Rothschild N.C. New species of Siphonaptera collected by Mr. C. Boden Kloss in the Malay Peninsula and South Annam. Ectoparasites, 1922, 1, 217, 230. [Google Scholar]
  6. Lewis R.E. & Jones G.S. Some fleas (Siphonaptera) from Sulawesi Selatan, with the description of three new species. Journal of Medical Entomology, 1985, 22, 204–211. [Google Scholar]
  7. Mardon D.K. On the relationships, classification, aedeagal morphology and zoogeography of the genera of Pygiopsyllidae (Insecta: Siphonaptera). Australian Journal of Zoology, 1978, supplementary series 64 69 p. [Google Scholar]
  8. Mardon D.K. An illustrated catalogue of the Rothschild collection of Fleas (Siphonaptera) in the British Museum (Natural History). Volume VI: Pygiopsyllidae. 1981, Trustees of the British Museum (Natural History), London, 298 p. [Google Scholar]
  9. Traub R. Notes on Indo-Malayan fleas, with descriptions of new species. Proceedings of the Entomological Society of Washington, 1950, 52, 109–143. [Google Scholar]
  10. Traub R. The Gunong Benom Expedition 1967. II. Notes on zoogeography, convergent evolution and taxonomy of fleas (Siphonaptera), based on collections from Gunong Benom and elsewhere in South-East Asia. New taxa (Pygiopsyllidae, Pygiopsyllinae). Bulletin of the British Museum (Natural History). Zoology, 1972, 23, 204–305. + 58 planches [Google Scholar]
  11. Traub R. New genera and subgenera of Pygiopsyllid fleas, in: Proceedings of the international conference on Fleas, Ashton Wold, Peterborough, UK, 21–25 June 1977, 1980, 13–29. [Google Scholar]
  12. Wells K., Lakim M.B. & Beaucournu J.-C. Host specificity and niche partitioning in flea-small mammal networks in Bornean rainforests. Medical and Veterinary Entomology, 2011, Online early: doi: 10.1111/j.1365-2915.2010.00940.x [Google Scholar]

Liste des figures

thumbnail Carte 1.

Stations connues de Gryphopsylla jacobsoni (1 – 2 – 3) et de G. segregata (4 – 5 – 6).

Dans le texte
thumbnail Figures 1-2.

Phallosome de l’holotype de Gryphopsylla jacobsoni segregata Beaucournu & Sountsov, 1999, c : capuchon; ph : phylax. 2. Segments terminaux du “neallotype” de G. segregata, tergites VII et VIII, sternite VII.

Dans le texte

Current usage metrics show cumulative count of Article Views (full-text article views including HTML views, PDF and ePub downloads, according to the available data) and Abstracts Views on Vision4Press platform.

Data correspond to usage on the plateform after 2015. The current usage metrics is available 48-96 hours after online publication and is updated daily on week days.

Initial download of the metrics may take a while.